Intolérance

 

Je pense souvent au temps passé ensemble

Jusqu’à ce jour, ou, pour l’amour d’un enfant,

Retournant contre moi une lutte sans espoir,

Nos détresses croisées se détruirent avec hargne,

Perdues dans une haine surgissant  chaque fois,

Infranchissable, ainsi qu’une immense montagne,

Erodant ainsi ce paisible bonheur bâtit avec toi

 

Si l’absence d’eau rend la terre stérile et les plantes sans vie

Si le tonnerre qui gronde n’apporte plus la pluie,

Si l’amour sans amour se consume sans fin

Dans des combats stériles aux thèmes anodins,

 

Si nous ne savons plus bâtir de tendres lendemain,

Que nous restera-t’il de cette vie passée aux  douceurs de miel ?

Combien de batailles et de silence vains,

De reproches larvés, de mots chargés de Fiel ?

 

Sommes nous si obtus à nous  complaire ainsi,

Gardant des rancoeurs murées au tréfonds de nos âmes,

Ne pouvons-nous pas faire de trêve conduisant à l’oubli

De ce qui  heurt après heurt nous conduira au drame ?

 

Parfois mon cœur me parait asséché d’affection,

Je guette l’eau de ton amour espérant m’en servir

Pour rebâtir l’envie d’aimer avec passion,

Ainsi que je l’ai fait sans jamais te le dire

 

Chacun se doit de vivre avec ses convictions,

Tout sujet peut être discuté avec un brin de passion,

Un respect mutuel doit régir nos relations !

Amortherapy 1

 

Au fond de mon être.

 

Au fond de mon être coule une source pareille

A l’écarlate brillant de mon sang qui ruisselle,

Partageant son chemin au long  de mes vaisseaux,

Entraînant dans sa course des centaines de mots,

Se heurtant sans cesse au rempart de mes maux...

 

Que ma souffrance est grande à l’aune  de l’absence !

Que de nuits et de rêves  où je suis avec toi,

Combien d’heures et de jours brûlent sans ta présence !

Combien d’années et de mois égrenés à venir,

Se passeront sans toi, dans ce triste devenir...

 

Que partager avec toi quand le temps est amer ?

Sinon tes images... posées sur mon bureau.

Je regarde ton sourire.... je caresse ta peau.

J’attends que le soleil, réchauffe cette terre...

 

Ce jour va arriver, je voudrais le maudire,

En un seul poème je voudrais tout te dire,

Penser à toi, te parler tendrement,

Epancher à l’envie des flots de sentiments...

FOLLOW ME

  • Facebook Classic

© 2013 by Pierre st Vincent